EEZE est maintenant disponible au Québec et en Ontario!

Programme de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme

DERNIÈRE MISE À JOUR : 1er DÉCEMBRE 2023

Préface

EEZE Inc. (« EEZE » ou la « Société ») est une entreprise proposant plusieurs offres de produits, notamment : EEZE apporte confiance, garantie et financement aux ventes automobiles privées en vérifiant les personnes (protégeant les deux parties contre la fraude), les véhicules (garantissant les détails du véhicule et la propriété) et les fonds (transferts d’argent en temps réel avec des vérifications de sécurité).

EEZE s’engage à maintenir les normes les plus élevées en matière de gestion de la conformité et des risques associés au blanchiment d’argent (AML) et à la lutte contre le financement du terrorisme (CFT) (collectivement dénommés « Programme AML », sauf indication contraire). EEZE) est pleinement engagée à maintenir un Programme AML efficace qui intègre des pratiques commerciales saines pour une entreprise de services monétaires et examinera son approche de l’AML de manière continue.

La politique AML est adoptée par la direction. Tous les employés, membres du conseil d’administration ou entreprises fournissant des services externalisés à EEZE doivent être informés du programme AML de l’entreprise tel qu’il s’applique à leurs fonctions et responsabilités.

Le Programme AML veillera à la compréhension et, si nécessaire, au respect des règles et réglementations applicables, y compris, mais sans s’y limiter, la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes(PCMLTFA).

Qu’est-ce que le blanchiment d’argent ?

Le blanchiment d’argent est généralement défini comme le fait d’entreprendre des actes visant à dissimuler ou à déguiser la véritable origine de produits issus de la criminalité, de sorte que les produits illicites apparaissent comme provenant d’origines légitimes ou constituent des actifs légitimes.

Généralement, le blanchiment d’argent se déroule en trois étapes :

  • Placement : L’argent généré à partir d’activités criminelles est converti en instruments monétaires, tels que des mandats de paiement ou des chèques de voyage, ou déposé sur des comptes dans des institutions financières.
  • Couches intermédiaires : Les fonds sont transférés ou déplacés vers d’autres comptes ou d’autres institutions financières pour séparer davantage l’argent de son origine criminelle.
  • Intégration : Les fonds sont réintroduits dans l’économie et utilisés pour acheter des actifs légitimes ou financer d’autres activités criminelles ou entreprises légitimes.

Le financement du terrorisme peut ne pas impliquer le produit d’activités criminelles, mais plutôt une tentative de dissimuler l’origine ou l’utilisation prévue des fonds, qui seront ultérieurement utilisés à des fins criminelles.

Financement du terrorisme

Le financement du terrorisme est la collecte, la possession, la contribution ou la sollicitation de fonds destinés à être utilisés pour mener ou faciliter une activité terroriste ou à bénéficier à un terroriste ou à un groupe terroriste (y compris mais sans s’y limiter, les personnes désignées par les autorités réglementaires comme terroristes ou groupes terroristes). Le terrorisme est généralement défini comme l’utilisation de la violence et de l’intimidation dans la poursuite d’objectifs politiques.

Les actes de terrorisme impliquent généralement des actes violents qui sont dangereux pour la vie humaine, ont l’intention d’intimider une population civile ou d’influencer la politique ou la conduite d’un gouvernement.

Contrairement au blanchiment d’argent tel que décrit ci-dessus, le financement du terrorisme est généralement motivé par des considérations idéologiques plutôt que par la recherche de profits, et ne concerne souvent pas les produits d’activités criminelles.

De grosses sommes ne sont pas nécessairement impliquées, et les fonds d’origine peuvent très bien être légitimes, plutôt que obtenus illégalement. Le but du financement du terrorisme est d’établir des sources de financement flexibles et mobiles pour l’achat de produits et services qui seront utilisés pour promouvoir ou commettre des actes terroristes.

Une personne peut commettre une infraction de financement du terrorisme si elle est impliquée dans :

  • Collecte de fonds – cela inclut inviter d’autres personnes à fournir de l’argent ou d’autres produits de la criminalité ;
  • Possession – cela inclut l’utilisation d’argent ou d’autres produits de la criminalité.
  • Arrangement – cela inclut si une personne entre délibérément dans un arrangement par lequel elle fournit un financement à des terroristes.

Autres activités criminelles financières

Bien que les actes de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme susmentionnés soient les infractions principales, il existe plusieurs autres infractions criminelles qui peuvent être liées au blanchiment d’argent ou à des activités terroristes, notamment :

Traite des êtres humains et trafic de personnes
Enlèvement et prise d’otages
Exploitation sexuelle
Vol et cambriolage
Trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes
Contrebande
Trafic d’armes illégal
Fraude fiscale liée aux impôts directs et/ou indirects
Trafic de biens volés
Extorsion
Corruption
Contrefaçon
Meurtre et lésions corporelles graves
Piraterie
Fraude
Cybercriminalité
Contrefaçon de monnaie (y compris numéraire et actifs virtuels)
Terrorisme
Contrefaçon et piraterie de produits ou services
Délits d’initié et manipulation de marché
Criminalité environnementale
Participation à un crime organisé ou à du racket

EEZE s’engage à respecter les exigences réglementaires en matière de LBC/FT qui sont jugées applicables à la société, ainsi qu’à construire et renforcer une culture basée sur la conformité.

Principes de la politique

Les objectifs du programme de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) sont de définir les exigences légales et réglementaires applicables et comment EEZE garantira le respect de ses obligations, telles que jugées applicables.

EEZE exige que ses employés ainsi que tout entrepreneur indépendant, fournisseur et consultant suivent les lois et réglementations fédérales et étatiques/provinciales.

Exigences en matière de LBC/FT

Le programme de lutte contre le blanchiment d’argent comprend le cadre de contrôle pour les éléments suivants :

  • Identification et vérification des clients
  • Formation sur la LBC et les sujets connexes pour le personnel approprié

La direction de haut niveau d’EEZE est responsable de passer en revue et d’approuver ce manuel du programme annuellement, au minimum, ou plus fréquemment si les circonstances nécessitent un examen supplémentaire.

Mises à jour du programme de conformité

La société mettra à jour le programme de LBC :

  • Annuellement chaque année civile ;
  • Lorsqu’il y a des changements dans le modèle commercial d’EEZE ;
  • Lorsqu’il y a des changements dans la réglementation ou la législation LBC applicable ;
  • À la suite des examens internes, jugés nécessaires ou applicables, pour remédier à toute lacune identifiée par la société.

Toutes les mises à jour du programme seront consignées et suivies par la société. Les dossiers des mises à jour du programme seront conservés pendant une durée minimale de cinq (5) ans.

La société communiquera les changements pertinents aux membres du personnel d’une manière qui garantit que tous les membres du personnel sont au courant des changements et capables d’accomplir efficacement leurs fonctions.

Processus d’identification et de vérification des clients

EEZE peut travailler avec des fournisseurs tiers et/ou des prestataires de services pour garantir une identification et une vérification appropriées des clients.

Pour vérifier l’identité d’un client, EEZE peut utiliser, collecter et/ou vérifier les informations suivantes, selon ce qui est jugé approprié ou légalement autorisé, soit directement soit par l’intermédiaire de fournisseurs tiers ou de prestataires de services, afin de vérifier l’identité du client :

  • Nom
  • Adresse (Adresse, Unité, État/Province, Code postal, Pays)

Organisations à but non lucratif/associations caritatives

Pour vérifier l’identité d’une organisation caritative cliente, EEZE peut obtenir, soit directement soit par l’intermédiaire de fournisseurs tiers ou de prestataires de services, selon ce qui est légalement autorisé, et confirmer l’exactitude des informations suivantes :

  • Nom de la charité
  • La liste du conseil d’administration/des membres
  • Emplacement de la charité
  • URL du site web de la charité

Médias et informations défavorables

EEZE peut faire appel à des fournisseurs tiers ou des prestataires de services pour effectuer des vérifications d’informations défavorables au nom de la société dans le cadre du processus de diligence raisonnable des clients et de rafraîchissement de l’identification et de la vérification des clients.
Les médias défavorables pertinents comprennent les informations obtenues auprès de sources médiatiques réputées concernant les crimes financiers, le blanchiment d’argent, le trafic de drogue, le trafic d’armes, l’activité ou le financement terroriste, ou les sanctions.

Conservation des dossiers

EEZE conservera un enregistrement complet et précis de chaque client pendant au moins cinq (5) ans à compter de la date de leur adhésion à la société.

Obligations de déclaration

Obligations de déclaration du personnel

Le personnel doit contacter la direction de haut niveau en cas d’activité suspecte. La direction de haut niveau peut examiner les informations et documents fournis et décider des actions nécessaires. La société conservera un résumé avec tous les documents à l’appui concernant la décision. Les résumés et tous les documents et informations à l’appui doivent être conservés pendant au moins cinq (5) ans à compter de la date de la décision.

Conduite ou soutien d’une enquête

Enquêtes internes

Des enquêtes internes peuvent être appropriées si le Programme de LBC/FT détecte un événement inhabituel ou anormal.

Le processus d’enquête interne comprend tous les éléments suivants :

  • Identification de la cible (client, employé, cadre, tiers)
  • Objectif de l’enquête
  • Portée de l’enquête
  • Documentation du processus d’enquête interne et des conclusions
  • Rapport aux autorités compétentes, le cas échéant ou applicable.

Les considérations du processus d’enquête comprennent :

  • Les outils et ressources disponibles
  • D’autres départements participants (par exemple : Juridique, RH)
  • Le volume des transactions nécessaires pour examen.
  • Le calendrier de l’enquête
  • S’il s’agit d’un cas potentiel de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme
  • Considérations géographiques
  • Emplacement de stockage des données
  • Exigences de secret et de protection des données
  • Impact de l’enquête sur ZumRails
  • Questions éthiques
  • Fraude et escroqueries

Investigations d’initiés

Les actions ou comportements inappropriés de la part du personnel ou d’autres personnes disposant d’informations privilégiées exposent EEZE à des risques. L’activité des initiés doit être surveillée.

En plus des considérations énumérées ci-dessus dans la section des enquêtes internes, d’autres éléments à prendre en compte sont les suivants :

  • La pertinence de l’enquête sur l’initié
  • Le rôle de la direction supérieure
  • Les relations avec les médias
  • Le processus de réponse aux demandes d’informations des autorités compétentes

Enquêtes externes

En général, la direction supérieure gérera, supervisera et répondra à toutes les enquêtes externes menées par les forces de l’ordre, les régulateurs et les agences gouvernementales.

La direction supérieure, ou son représentant désigné, traitera toutes les activités liées aux mandats de perquisition ; cependant, si la direction supérieure ou son représentant désigné n’est pas disponible, le personnel confronté à un mandat de perquisition doit prendre les mesures suivantes :

  • Informer immédiatement la direction supérieure et son représentant désigné par les systèmes de communication internes acceptables qui offrent des notifications directes.
  • Obtenir une copie du mandat de perquisition et la transmettre à la direction supérieure et à son représentant désigné.
  • Si la direction supérieure ou son représentant désigné n’est pas disponible, rester présent pendant que tous les éléments ou informations sont saisis.
  • Obtenir la liste d’inventaire des forces de l’ordre.

VOUS NE DEVEZ PAS FAIRE CE QUI SUIT :

  • NE PAS empêcher les forces de l’ordre de commencer ou de mener leur perquisition.
  • NE PAS informer la ou les personnes visées par le mandat qu’un mandat a été délivré et exécuté.
  • NE PAS organiser une visite des forces de l’ordre dans d’autres bureaux ou centres de données non mentionnés dans le mandat.
  • NE PAS autoriser les forces de l’ordre à étendre verbalement la portée de la perquisition au-delà de ce qui est spécifiquement mentionné dans le mandat de perquisition.

La direction supérieure déterminera si des mesures supplémentaires sont nécessaires en raison des éléments décrits dans le mandat de perquisition ou des biens/informations saisis.

Programme de formation continue

EEZE veille à ce que le personnel approprié soit formé aux aspects applicables de la Loi sur le secret bancaire (« BSA ») et d’autres lois et réglementations applicables, y compris, mais sans s’y limiter, la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité, le financement des activités terroristes (« PCMLTFA »).

La direction supérieure d’EEZE élabore et maintient l’ensemble du matériel de formation en matière de LCB et veille à ce que tous les employés de l’entreprise reçoivent une formation en matière de LCB.
La direction supérieure tiendra à jour un calendrier de formation qui répertorie les personnes tenues de suivre une formation, la fréquence de la formation ainsi que la formation spécifique qui sera dispensée. EEZE exige que tous les employés concernés reçoivent une formation en matière de LCB au moins une fois par an. Pour tout nouvel employé ou employé occupant un nouveau poste, une formation en matière de LCB sera dispensée dans les 30 jours suivant leur embauche ou dans les 30 jours suivant le début de leur nouveau poste.

La formation comprend un aperçu des exigences réglementaires et du programme interne de LCB de l’entreprise, des procédures et des processus. Dans le cadre de la formation continue, le conseil d’administration et la direction supérieure seront informés des changements et des nouveaux développements dans les exigences réglementaires et les lois applicables. Bien que le conseil d’administration puisse ne pas nécessiter le même degré de formation que le personnel opérationnel de l’entreprise, il doit comprendre l’importance des exigences réglementaires en matière de LCB et les conséquences du non-respect, ainsi que les risques encourus par l’entreprise. La compréhension de la PCMLTFA permettra au conseil d’administration d’assurer efficacement la surveillance de la LCB ; d

Le programme de formation de l’entreprise comprendra :

  • S’assurer que tous les employés connaissent les responsabilités de l’entreprise en matière de conformité avec la LCB et le CFT
  • LCB et le CFT
  • Contexte sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme
  • Vérification de l’identification des clients
  • Comment reconnaître et signaler une activité suspecte à la direction supérieure
  • Exigences en matière de tenue de dossiers
  • Explication des sanctions en cas de non-respect des exigences

Certification de l’adoption du programme de LCB

Je, Derek Lloyd de EEZE Inc., certifie par la présente que c’est la version approuvée et actuelle du Programme de lutte contre le blanchiment d’argent (« LCB ») de l’entreprise qui a été approuvée par la direction supérieure de l’entreprise.

 

EEZE Partner program for mechanics

Devenez un partenaire EEZE certifié

Envoyez-nous vos informations et un représentant EEZE vous contactera.

You will be first to know!